Quelques infos sur le 1er pilier ?

Le 1er pilier, c'est quoi ?

Le 1er pilier comprend l’AVS (assurance vieillesse et survivants) et l’AI (assurance invalidité). Obligatoire, il a pour but de couvrir vos besoins vitaux (logement, nourriture et assurances). A chaque fin de mois, les personnes actives versent une partie de leur revenu dans la caisse de pension AVS, qui distribue les rentes aux personnes retraitées. C’est pourquoi on l’appelle prévoyance publique.

Vous préférez les vidéos youtube ?

Le 1er pilier : minimum de votre retraite

Vous préférez la lecture ?

La rente AVS

N’est-il pas frustrant d’observer le salaire qu’on a durement négocié se faire tronquer par toutes ces déductions sociales dont on connaît vaguement le nom sans connaître précisément leurs spécificités ? En plus de ça s’ajoute le fait qu’on passe une vie professionnelle à payer des cotisations qu’on ne comprend pas toujours mais étant conscient que techniquement cela nous servira un jour... Mais à quoi ? Et de combien parle-t-on ? Mes cotisations sont-elles égales à ce que je toucherai ?
Tant de questions que l’on peut se poser. Néanmoins, je vous assure une chose ! Si vous êtes sûrs d’avoir cotisé tout le long de votre carrière professionnelle, alors quand le jour de la retraite se pointera, le premier pilier vous épaulera. Et si vous n’avez pas loupé d’années, il vous épaulera plutôt confortablement !

Eh oui, c’est le but de notre site internet ! Répondre à un maximum de questions : Quand puis-je toucher ma rente AVS ? Qu’est-ce qu’une année de lacune ? Quels sont les facteurs déterminant pour le calcul de la rente AVS ? Existe-t-il des manières d’améliorer ou de combler des années sans cotisations ?

Il faut tout de même être conscient que le premier pilier est plus rigide que ses deux compères. Il est le seul à ne pas pouvoir être corrigé ou modifié comme bon nous semble.

Si je devais vous donner, ne serait-ce qu’un seul conseil : Comprenez comment cette assurance sociale fonctionne et faites le point tous les 5 ans ! Pourquoi 5 ans ? Venez le découvrir !

Les cotisations à l’AVS

Au-delà du montant des rentes AVS ou AI qu’on peut toucher, il est également utile de connaître le fonctionnement du financement du premier pilier. Ce système social basé sur le principe de solidarité veut que toutes les cotisations payées par les personnes actives servent à financer les rentes des personnes actuellement à la retraite. J’imagine que vous avez beaucoup de questions encore sans réponses, mais vous avez raison de vous les poser. Paye-t-on l’AVS lorsque l’on n’exerce pas d’activité lucrative comme les étudiants ? Et pour les personnes en pré-retraite ou encore les parents en congé maternité ? Sur quelle partie du salaire sont prélevés les cotisations à l’AVS et à quel taux ?

Mais après on peut aussi se dire : À quoi bon savoir tout ça étant donné que ce n’est pas une question de choix ? Tout simplement : plus vous comprendrez le fonctionnement de votre système plus vous serez à même d’en cerner les défauts et d’optimiser votre future retraite.

A vous de jouer !

Histoire et fonctionnement de l’AVS

Un dimanche (il y a maintenant plus de 70 ans) s’est déroulée une votation qui bouleversa le cours des assurances sociales suisses. Le peuple a pris la décision le 6 juillet 1947 de créer l’assurance vieillesse et survivant (AVS). Cette date marque donc la création du premier des trois piliers du système de retraite. Pour les deux autres, il faudra attendre plus de 30 ans pour que le système complet tel qu’on le connait aujourd’hui voit le jour.

Malgré de petites modifications, le premier pilier a gardé un fonctionnement et un financement quasiment identique à celui qu’on connaît aujourd’hui. Son objectif : assurer un revenu vital quel que soit la situation dans laquelle vous vous trouvez. Pour pouvoir garantir cette sécurité à toute la population Suisse, l’AVS puise la majeure partie de ses recettes dans les cotisations salariales payées par les employés et les employeurs. Mais en plus de ça, pour venir combler ces besoins financiers, l’assurance vieillesse et survivant peut compter sur d’autres sources de revenus : les cotisations des personnes sans activité lucrative, de lourdes taxes sur les maisons de jeux et sur les ventes des produits issus du tabac, etc.

A l’inverse de la prévoyance privée et professionnelle, l’AVS ne cherche pas à constituer un capital pour chaque assuré. Dès que sont perçues les cotisations annuelles, l’AVS s’empresse de les reverser aux ayants droits actuels durant la même année. Si par chance, les cotisations sont plus importantes que les dépenses, alors l’AVS va stocker ce surplus dans un fonds de garantie qui interviendra durant les années déficitaires.

Dernière chose importante, l’assurance vieillesse et survivant est la seule composante qui s’adapte au cours de la vie. Plus l’inflation en Suisse est grande plus les rentes versées par le premier pilier augmentent en proportion.

Histoire & fonctionnement de l'AVS

Quelques infos sur le 1er pilier ?


Le 1er pilier, c'est quoi ?

Le 1er pilier comprend l’AVS (assurance vieillesse et survivants) et l’AI (assurance invalidité). Obligatoire, il a pour but de couvrir vos besoins vitaux (logement, nourriture et assurances). A chaque fin de mois, les personnes actives versent une partie de leur revenu dans la caisse de pension AVS, qui distribue les rentes aux personnes retraitées. C’est pourquoi on l’appelle prévoyance publique.



La rente AVS

N’est-il pas frustrant d’observer le salaire qu’on a durement négocié se faire tronquer par toutes ces déductions sociales dont on connaît vaguement le nom sans connaître précisément leurs spécificités ? En plus de ça s’ajoute le fait qu’on passe une vie professionnelle à payer des cotisations qu’on ne comprend pas toujours mais étant conscient que techniquement cela nous servira un jour... Mais à quoi ? Et de combien parle-t-on ? Mes cotisations sont-elles égales à ce que je toucherai ?
Tant de questions que l’on peut se poser. Néanmoins, je vous assure une chose ! Si vous êtes sûrs d’avoir cotisé tout le long de votre carrière professionnelle, alors quand le jour de la retraite se pointera, le premier pilier vous épaulera. Et si vous n’avez pas loupé d’années, il vous épaulera plutôt confortablement !

Eh oui, c’est le but de notre site internet ! Répondre à un maximum de questions : Quand puis-je toucher ma rente AVS ? Qu’est-ce qu’une année de lacune ? Quels sont les facteurs déterminant pour le calcul de la rente AVS ? Existe-t-il des manières d’améliorer ou de combler des années sans cotisations ?

Il faut tout de même être conscient que le premier pilier est plus rigide que ses deux compères. Il est le seul à ne pas pouvoir être corrigé ou modifié comme bon nous semble.

Si je devais vous donner, ne serait-ce qu’un seul conseil : Comprenez comment cette assurance sociale fonctionne et faites le point tous les 5 ans ! Pourquoi 5 ans ? Venez le découvrir !



Les cotisations à l’AVS

Au-delà du montant des rentes AVS ou AI qu’on peut toucher, il est également utile de connaître le fonctionnement du financement du premier pilier. Ce système social basé sur le principe de solidarité veut que toutes les cotisations payées par les personnes actives servent à financer les rentes des personnes actuellement à la retraite. J’imagine que vous avez beaucoup de questions encore sans réponses, mais vous avez raison de vous les poser. Paye-t-on l’AVS lorsque l’on n’exerce pas d’activité lucrative comme les étudiants ? Et pour les personnes en pré-retraite ou encore les parents en congé maternité ? Sur quelle partie du salaire sont prélevés les cotisations à l’AVS et à quel taux ?

Mais après on peut aussi se dire : À quoi bon savoir tout ça étant donné que ce n’est pas une question de choix ? Tout simplement : plus vous comprendrez le fonctionnement de votre système plus vous serez à même d’en cerner les défauts et d’optimiser votre future retraite.

A vous de jouer !




Histoire et fonctionnement de l’AVS

Un dimanche (il y a maintenant plus de 70 ans) s’est déroulée une votation qui bouleversa le cours des assurances sociales suisses. Le peuple a pris la décision le 6 juillet 1947 de créer l’assurance vieillesse et survivant (AVS). Cette date marque donc la création du premier des trois piliers du système de retraite. Pour les deux autres, il faudra attendre plus de 30 ans pour que le système complet tel qu’on le connait aujourd’hui voit le jour.

Malgré de petites modifications, le premier pilier a gardé un fonctionnement et un financement quasiment identique à celui qu’on connaît aujourd’hui. Son objectif : assurer un revenu vital quel que soit la situation dans laquelle vous vous trouvez. Pour pouvoir garantir cette sécurité à toute la population Suisse, l’AVS puise la majeure partie de ses recettes dans les cotisations salariales payées par les employés et les employeurs. Mais en plus de ça, pour venir combler ces besoins financiers, l’assurance vieillesse et survivant peut compter sur d’autres sources de revenus : les cotisations des personnes sans activité lucrative, de lourdes taxes sur les maisons de jeux et sur les ventes des produits issus du tabac, etc.

A l’inverse de la prévoyance privée et professionnelle, l’AVS ne cherche pas à constituer un capital pour chaque assuré. Dès que sont perçues les cotisations annuelles, l’AVS s’empresse de les reverser aux ayants droits actuels durant la même année. Si par chance, les cotisations sont plus importantes que les dépenses, alors l’AVS va stocker ce surplus dans un fonds de garantie qui interviendra durant les années déficitaires.

Dernière chose importante, l’assurance vieillesse et survivant est la seule composante qui s’adapte au cours de la vie. Plus l’inflation en Suisse est grande plus les rentes versées par le premier pilier augmentent en proportion.

Pouvons-nous
vous aider ?

Posez-nous vos questions