Minute histoire : L’introduction du premier pilier en Suisse

Pas envie de lire ?
Notre vidéo YouTube est disponible ici :

L’AVS, abréviation d’Assurance-vieillesse et survivants, 1er pilier du système de retraite, a pour but de couvrir nos besoins vitaux ou ceux de notre conjoint(e) ou enfant(s) en cas de décès.

Comme son nom l’indique, elle est composée de deux rentes.

La première est la rente de vieillesse, nous permettant de prendre une retraite bien méritée tout en ayant la garantie d’une sécurité matérielle minimale.

La deuxième, la rente de survivants, tempère les difficultés financières rencontrées en cas de décès d’un parent ou d’un conjoint, qui s’ajoutent invariablement à la souffrance psychologique.

Quant à l’AI, abréviation d’Assurance-invalidité, elle a pour but de couvrir les besoins vitaux des personnes en situation d’invalidité reconnue par la loi (accident, maladie ou infirmité congénitale). Elle concerne essentiellement les personnes en incapacité de gagner leur vie pour cause d’un ou plusieurs problèmes de santé.

Simple, n’est-ce pas ?

Alors que des pays comme l’Allemagne ont instauré diverses assurances sociales, dont l’assurance vieillesse, dès la fin du 19ème siècle, il aura fallu attendre le 1er janvier 1948 pour que les premières rentes AVS soient versées en Suisse.

Y’a peut-être pas le feu au lac, mais je suis quand même content de vivre à une période historique où l’État m’assure un minimum vital à partir d’un certain âge. Pas vous ?

Mais comment on finançait les retraites avant 1948 ? On comptait sur les familles, les associations caritatives et les églises ! Les membres y sacrifiaient une partie de leur fortune pour assurer une vie digne aux personnes devenues incapables de travailler.

En somme, pour jouir d’une retraite acceptable, il fallait avoir été bon parent, fait preuve de charité et fréquenté les bancs de l’église tous les dimanches matin ! Si j’avais vécu à l’époque, on ne m’aurait pas refilé un sou. Aïe.

Depuis, on en a parcouru du chemin ! Mais le principe fondamental du 1er pilier, contrairement à ce qu’on peut croire, reste inchangé.

Envie d’en découvrir plus sur ce sujet ?
C’est par ici !

Avez-vous un avis ? Une suggestion ?

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *