3ème pilier A en banque ou en assurance, quel est le meilleur choix ?

Pas envie de lire ?
Notre vidéo YouTube est disponible ici :

Toute personne s’intéressant au 3ème pilier A s’est heurtée à ce dilemme : Banque ou assurance ? Avec le temps, ce qu’on a entendu et lu, on se fait une idée plus ou moins générale de ce qu’implique ces deux possibilités.

Petit rappel : le 3ème pilier B, à ne pas confondre, ne peut en aucun cas se conclure via une banque.

Image d’une balance équilibrée symbolisant le choix à faire entre un produit 3ème pilier A en banque et une police d’assurance 3a

Cependant, ce qu’on lit et ce qu’on entend sort tout droit de ce que veulent mettre en avant les banques ou les assurances. Elles souhaitent toutes vous faire pencher de leur côté de la balance.

Mais comment faire le bon choix ?

Les polices d’assurance 3a : Vers qui se tourner ?

Une des deux possibilités pour contracter un 3ème pilier est de passer par une assurance. Restez vigilant, toutes les assurances suisses ne font pas de prévoyance privée ! Si vous écrivez à Helsana ou encore Assura pour contracter un 3ème pilier A, le courtier que vous aurez au bout du fil risque de ne pas comprendre la raison de votre appel.

Vous trouverez ci-dessous la liste des assureurs 3ème pilier ainsi que le volume des primes (cotisations) perçus par chaque assurance.

Liste de toutes les assurances proposant des solutions de 3ème pilier A en Suisse

Les polices d’assurance 3a : De quoi est composé mon 3ème pilier ?

Si vous optez pour un troisième pilier A en assurance vous optez pour ce qu’on appelle une assurance vie mixte. Il faut avouer que cette expression fait très américain et directement on pense au gros pactole que mes héritiers toucheront lors de mon décès.

Cette idée reçue n’est pas aberrante mais s’éloigne un peu de la réalité.

Simplement, votre troisième pilier en assurance se compose toujours de 2 parties et dans certains cas 3.

La prime d’épargne

C’est la partie de votre investissement périodique (mensuel/annuel) qui sera dédiée à votre retraite. C’est cette partie qui vous reviendra lorsque vous en aurez besoin !

Figure explicative permettant d’avoir une vue générale de la composition d’une police d’assurance 3A non investie

Si on veut aller encore plus loin dans les explications on peut subdivisée la prime d’épargne en deux sous segments :

  • L’épargne non investie
  • L’épargne investie

Finalement votre prévoyance privée ressemblera à ça :

Figure explicative permettant d’avoir une vue générale de la composition d’une police d’assurance 3A avec une part de la prime investie

Cette nouvelle sous partie est la part de votre épargne qui sera liée à des fonds de placement et gérée par l’asset manager de l’assurance.

Comme vous vous en doutez, plus la part investie sera grande et plus le gestionnaire sera talentueux plus votre capital final sera incertain.

La prime de risque

Si vous faites appel à une assurance, elle devra comme son nom l’indique assurer quelque chose. Elle ne pourra pas se contenter de garder votre argent. Cette partie de risque peut être plus ou moins grande en fonction de ce que souhaite l’assuré.

La plupart du temps cette couverture permet de se prémunir contre :

  • Le décès de la personne assuré en garantissant des capitaux pour les membres de la famille
  • L’invalidité du preneur d’assurance, la police d’assurance verse des rentes pour subvenir au manque de revenu suite à une incapacité de travail.
  • Un capital futur garantie pour votre retraite

Les valeurs de rachat :

Pour être clair, c’est la partie la plus importante de votre contrat et probablement la partie la plus floue aussi.

Même si l’expliquer n’est pas une mince affaire, il n’y a pas le choix, faut se lancer.

Il faut donc bien différencier :

Différence entre le montant investit dans une police d’assurance 3a et la valeur de rachat du contrat durant les premières années

Je m’explique, le montant versé tous les mois / tous les ans ne sera pas équivalent au montant que votre assureur va retenir. Pendant les 10 – 15 -25 premières années en fonction de la structure de votre produit vous aurez une valeur de rachat inférieure au montant réel.

comparaison entre le montant investi dans un 3ème pilier A en assurance et la valeur de rachat du contrat

Ce premier exemple qui est un troisième pilier presque entièrement investi nous montre qu’il faudra que je patiente de mes 29 ans à mes 38 ans pour espérer pouvoir récupérer un montant au moins similaire à celui investi à la base.

Cet exemple n’est pas représentatif de toutes les offres sur le marché ! Il faut être très vigilant et surtout bien comprendre que si vous souhaitez récupérer vos avoirs d’ici quelques années pour acquérir votre logement, vous lancer comme indépendant ou encore profiter d‘une pré-retraite la solution proposée par les assureurs n’est pas toujours la plus adaptée.

Pourquoi existe-t-il des valeurs de rachats ?

Il est l’heure de briser la glace ! Savez-vous pourquoi les assurances vous proposent des valeurs très basses pendant les premières années ? C’est très simple :

1 – Ils vont prendre utiliser une part des primes payées durant les premières années pour financer le risque que vous avez souhaité assurer. Une fois que vous avez payé la partie risque, ils sont à l’abri !

2- Le courtier (aussi généreux soit il ;)) a besoin de gagner sa vie. Et oui, les courtiers peuvent percevoir de très grosses commissions sur vos contrats d’assurances. Cette prime payée par l’assurance à votre courtier va être financée pendant les premières années de votre contrat.

3 – Comme partout un contrat implique de l’administratif, de la surveillance et un suivi. Ces frais administratifs seront également imputés durant les premières années.

Voilà, vous savez tout. Une fois que vous aurez payé les frais administratifs, la commission de votre gentil courtier et le risque que vous souhaitez assurer, alors vous commencerez à réellement épargner, pas avant !

Dans quel cas un 3ème pilier en assurance est la bonne solution ?

Après avoir lu le paragraphe sur les valeurs de rachat, vous devez sûrement vous demander mais à quoi bon faire un 3ème pilier A en assurance ?

Alors oui les valeurs de rachats sont une vraie plaie pour un épargnant souhaitant souscrire à un troisième pilier A via une assurance mais les assurances ont quand même des avantages comparés à certaines banque.

Les assurances ont des produits bien construits :

A l’encontre des troisièmes piliers bancaires, les assureurs redoublent d’efforts pour créer des produits sûrs tout en étant investis. Ils incorporent des mécanismes plus ou moins complexes pour vous couvrir en cas de forte baisse des marchés. Par exemple ils désinvestissent votre argent progressivement avant l’âge de votre retraite pour vous assurer de ne pas prendre un gros coup de massue avant l’heure fatidique.

Chaque société a son petit truc à elle, il serait impossible et en même temps beaucoup trop long de tous vous les exposer. Soyez attentif, et surtout intéressez-vous à votre produit, car celui-ci peut vraiment faire la différence.

Les assurances ont des produits bien gérés :

En plus d’être ingénieusement pensés, les produits d’assurance font souvent appel à des gestionnaires de fortunes compétents. Ils cherchent à apporter une vraie gestion active à l’épargne confiée. Cette gestion peut se ressentir fortement sur les rendements offerts sur votre épargne.

Croyez-moi, mieux vaut ne pas avoir de valeurs de rachat pendant 5 ans et par la suite gagner 5% par an net d’impôt sur 30 ans plutôt qu’ouvrir un compte bancaire troisième pilier sur lequel vous gagnez 1% par an ! Non seulement vous aurez un capital bien plus important à terme mais vous serez mieux couvert en cas d’aléas de la vie, mais touchons du bois, en espérant que cela ne vous arrive pas !

Les comptes bancaires 3a : De quoi est composé mon troisième pilier ?

Pour une fois j’ai envie de vous dire ça va être simple. Les banquiers sont des gens simples, ou du moins leurs produits troisièmes piliers n’ont rien de compliqué.

Il n’y a que deux possibilités :

  • Un compte bancaire investi
  • Un compte bancaire non investi

Toutes les grosses banque Suisse proposent les deux solutions avec plusieurs variantes pour les investissements basés sur le risque que vous souhaitez prendre ou plutôt sur ce que l’on nomme dans leur jargon : Votre profil de risque.

Il n’y a aucune forme de garanties, de capitaux décès ou de rentes. Si vous décider d’opter pour une épargne investie et celui-ci travaille bien alors tant mieux, sinon tant pis !

Prenez juste le temps de bien faire attention aux frais de gestion prélevés sur votre compte. Rappelez-vous que ces frais ont une raison d’être ! Il est important que les rendements versés soient en accord avec le montant des frais que vous payez.

Voilà voilà en dire plus sur la banque ne servira à rien. Chaque banque propose des solutions plus ou moins similaires avec des résultats plus ou moins bons, les seules choses à prendre en compte sont :

  • La qualité des gestionnaires.
  • Quels seraient les avantages de cette banque par rapport à ces concurrents.
  • La solution proposée par la banque répond-elle réellement à vos besoins et à votre profil.

Banque ou assurance comment faire son choix ?

Vous l’avez peut-être compris, si vous avez lu nos articles sur le troisième pilier en banque et en assurance, choisir une assurance et plus particulièrement un produit comprenant une partie investie, une partie simplement épargnée et couvrir le risque n’est pas une mince affaire mais cela peut valoir la peine.

Choisir une banque est bien plus simple, il vous suffit de demander le factsheet de plusieurs banques et regarder les résultats obtenus les années précédentes.

Maintenant comment choisir entre un 3ème pilier en banque ou en assurance ? C’est très difficile à dire… Cela va dépendre de si vous avez des personnes à couvrir (conjoint(e), enfants, etc…), si vous avez une dette hypothécaire que vous souhaitez assurer, si vous avez peur ou non des investissements, etc.

Rappelez-vous qu’il est possible d’ouvrir plusieurs comptes 3ème pilier A donc rien ne vous empêche de faire un mix des deux pour varier les plaisirs et les risques.

Récapitulatifs des différences entre la banque et l’assurance :

Il est toujours plus simple pour se faire une idée de comparer ce qui est comparable. Je vous ai donc concocté un tableau permettant de voir les grandes différences entre les deux solutions.

Tableau synthétisant les principales différences entre un 3ème pilier A en banque et une police d’assurance 3A

Restez néanmoins vigilant, ces différences sur les 3èmes piliers A en banque ou en assurance ne sont pas gravées dans le marbre et il est fréquent que les assureurs créent des produits qui dérogent à ces principes de bases.

Envie d’en découvrir plus sur ce sujet ?
C’est par ici !

Avez-vous un avis ? Une suggestion ?

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *