Les taux hypothécaires suisses de l’année 2021 

Pour les taux hypothécaires, le temps fait bien les choses

Autant les économies de folie me donnent le vertige, autant les intérêts hypothécaires je les toise du coin de l’œil. C’est comme les étoiles dans un ciel rouge d’orage, on les perçoit à peine.

Bien sûr, la Suisse a toujours mis des bâtons dans les roues aux volontés de propriété de ses citoyens. Ici, le rêve américain a un coût très précis : Au minimum 20% de la valeur totale du bien en question.

Un frein redoutable qui explique pourquoi en Suisse seul 1/3 des ménages sont propriétaires de leur logement contre une bonne moitié en France et, chiffre plus impressionnant, les 3/4 en Italie.

Cela étant dit, même dans l’obscurité la plus totale réside toujours un brin de lumière. Ne serait-ce qu’une étincelle, qui peut démarrer le plus majestueux des feux. Cette étincelle-là, c’est le taux d’intérêt hypothécaire.

Fluctuant entre 1 et 2% en 2020, il atteint des taux historiquement très bas. A titre de comparaison, en décembre 2008, le taux d’intérêt moyen se chiffrait à 3,45%.

Si j’avais décidé d’acheter le même appartement cette année-là, il m’aurait fallu verser un montant mensuel de 2’412 CHF par mois à ma banque ! Contre les 1’257 CHF en 2020.

Deux graphiques comparant les dépenses liées à l’immobilier en fonction du taux d’intérêt hypothécaire

Des différences pareilles juste à cause du taux hypothécaire ? Totalement fou, pas vrai ?

Les institutions financières : des différences importantes

Il est évident que le temps semble bien faire les choses en ce qui concerne les taux hypothécaires mais cette composante n’est pas la seule sur laquelle vous devez compter.

Voici quelques conseils pour faire baisser votre taux hypothécaire et améliorer de manière générale votre hypothèque :

  • Demander toujours au moins deux offres différentes en évitant de suivre les yeux fermés les bonnes recommandations de votre conseiller privé
  • Il est probable que dans la même année, une banque ou une assurance remplisse ses objectifs en termes de volume d’hypothèque et va donc augmenter les taux volontairement pour réduire la demande.
  • Essayez de construire un dossier solide : acheter un bien immobilier est semblable à une demande de location, plus vous donnerez envie à la banque de vous faire confiance plus elle a de chances de vous dire oui et à des conditions avantageuses (pour le même bien, deux personnes auront des conditions différentes).
  • La localisation : Les banques privilégient certains dossiers… ce n’est pas contre vous mais elles préfèrent simplement investir dans des biens ou régions qu’elles pensent être plus prometteuses. Les grandes structures accepteront plus facilement de financer des objets dans de grandes villes tandis que des plus petites banques auront un attrait plus important pour le risque et vous suivront dans des endroits non centrés.
Envie d’en découvrir plus sur ce sujet ?
C’est par ici !

Avez-vous un avis ? Une suggestion ?

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *