Le retrait EPL : comment fonctionne cette condition de retrait du 2ème pilier ?

Il existe de nombreuses raisons pour retirer son 2ème pilier mais celui qui nous concerne en ce moment est très particulier et peut considérablement augmenter vos chances de devenir propriétaire.

Si vous, comme moi, n’êtes pas un maître dans la discipline qui consiste à épargner à la perfection dans le but ultime de pouvoir acquérir sa propre maison, rappelez-vous qu’il y a de fortes chances que la plus grosse partie de votre épargne se trouve au sein de votre 2ème pilier grâce à vos cotisations et celles de votre employeur.

Cerise sur le gâteau cette épargne peut être utilisée dans le cadre de cet achat.

Voyons tout ça en détail !

Qui peut retirer son 2e pilier ?

Toute personne ayant cotisé à l’assurance LPP.

Prenons l’exemple de Zoé. Elle souhaite acquérir une villa aux portes de la capitale vaudoise. Le bien vaut 1 million tout rond. Elle doit financer 20% de la somme en fonds propres, soit 200’000 CHF.

Cela fait 15 ans qu’elle et son employeur versent un pourcentage de son salaire tous les mois sur son compte de prévoyance professionnelle.

Elle est donc éligible au retrait du 2e pilier.

Vous trouverez le montant disponible à ce retrait dans la case : avoirs de libre passage sur votre certificat de prévoyance.

Pour quel type de logement puis-je retirer mon 2e pilier ?

Vous voulez contracter un prêt hypothécaire pour un bien que vous mettrez en location ? Mauvaise nouvelle : vous ne pouvez pas compter sur votre 2e pilier.

Même chose pour une résidence secondaire. Pas de petit chalet là-haut sur la montagne grâce à vos avoirs LPP. A moins de décider d’aller vivre perché sur l’un de nos beaux sommets enneigés.

Votre 2e pilier ne peut servir qu’à financer ou à rembourser votre hypothèque sur votre habitation principale en Suisse ou sur un territoire frontalier.

Quelle part de mon logement peut être financée par un retrait EPL ?

Pour acheter un bien immobilier, votre banquier vous demandera 20% de fonds propres au minimum.

La part de votre 2e pilier peut représenter au maximum 10% du prix total. Soit la moitié de vos fonds propres.

Si Zoé dispose de 150’000 CHF sur son compte LPP, elle ne pourra utiliser que 100’000 CHF, correspondant à 10% du montant de sa villa.

Et pour les 10% restants ? Zoé dispose de plusieurs options.

  • Utiliser ses avoirs sur ses comptes en banque.
  • Retirer son 3e pilier ou mettre en garantie une assurance-vie.
  • Demander une donation ou une avance sur héritage.
  • Emprunter la somme ou partie de la somme à un proche.

Vous avez un doute quant à votre capacité d’emprunt ? Calculez la, ici.

Structure du financement d’un bien immobilier dans le cas d’un retrait EPL

Quand puis-je retirer mon 2e pilier ?

Vous avez le droit d’accéder à vos avoirs LPP en totalité tout au long de votre vie professionnelle… ou presque.

Si vous avez plus de 50 ans, vous pouvez retirer soit le montant qui était disponible au jour de vos 50 ans, soit la moitié de vos avoirs disponibles actuels.

Si vous avez moins de 50 ans, il n’y a pas de retrait maximal.

En revanche, il y a un retrait minimal imposé pour toutes les tranches d’âge, fixé à 20’000 CHF.

Enfin, les retraits doivent être espacés d’au moins 5 ans.

Puisque Zoé vient de souffler sa 37e bougie, elle peut librement disposer de son 2e pilier, tant que la somme est supérieure à 20’000 CHF.

Mais si la maman de Zoé, âgée de 62 ans, voulait acquérir le même bien, les conditions seraient différentes. Elle ne pourrait pas bénéficier des versements LPP effectués entre ses 51 et 62 ans, mais seulement ceux réalisés jusqu’au jour de ses 50 ans. Ou alors, elle pourrait décider de retirer la moitié de ses avoirs actuels.

Graphique permettant de mieux comprendre quel montant peut être retiré de votre 2ème pilier dans le cadre d'un retrait EPL en fonction de votre âge

Devrai-je rembourser les capitaux retirés ?

Rembourser de l’argent dûment gagné au fil des années ? Quelle idée ! Et pourtant…

Si vous revendez ou cédez votre bien, votre caisse de pension vous demandera en retour la somme retirée.

En dehors de ce cas de figure, non, vous n’aurez pas besoin de rembourser le montant retiré.

Et si vous vendez votre bien en prévoyant d’en acquérir un nouveau à court-terme, placez le montant sur une police ou un compte de libre passage. Voilà une bonne façon de le garder au chaud et de peut-être obtenir un peu de rendement en attendant de trouver votre perle rare.

En résumé, tant que Zoé habite son nid douillet, elle n’a pas à rembourser les 100’000 CHF provenant de ses économies LPP.

Et si elle veut tout de même les rembourser ? L’idée est intéressante, pour les 3 raisons suivantes.

1. Zoé récupère l’impôt payé sur le retrait.

2. Elle peut de nouveau racheter des années de cotisation, déductibles du revenu imposable dès lors ou elle aura remboursé la totalité de ce qu’elle avait sorti.

3. Les prestations de sa caisse de pension reviennent à la normal.

Bref, retirer votre 2e pilier pour financer votre bien, c’est… bien. Mais….

Il y a toujours un mais… Mais coup de chance, j’ai aussi pris le temps de vous concocter un article vous détaillant toutes les conséquences liées à ce retrait.

Envie d’en découvrir plus sur ce sujet ?
C’est par ici !

Avez-vous un avis ? Une suggestion ?

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *